Abbildungen der Seite
PDF

Minéralogie. \ Dolomieu. Rozières. Cordier. Victor-Dupuy. Botanique. · Nectoux. Coquebert. Delille. • Zoologie. Geoffroy. Redouté. Savigny. Chirurgie. Dubois. Lacipière. Labate. Pharmacie. Boudet. Rouyer. Antiquités. Pourlier. Ripault. Architecture. Norry. Protain. Balzac. Hyacinthe Lepère. Dessinateurs. Dutertre. Rigo. Denon. Joly. Ingénieurs des ponts-et-chaussées. Lepère, aîné, } • _ .. A • Girard, ingénieurs en chef. Bodard. - Devilliers. . Faye. Jollois. Martin. Favier. Duval. Thévenot.

Gratien-Lepère. Chabrol.

Saint-Génis. Raffeneau.
Lancret. Arnollet.
Fèvre.

Ingénieurs-géographes.

Jacotin, ingénieur en chef. Faurie.

Lafeuillade, - Bertre.
Greslis. Lecesne.
Bourgeois. Lévêque.
Leduc. Chaumont.
Boucher. Laroche.
Pottier. Jomard.
Dulion. * Corabœuf.
Sculpteur.
Casteix.
Graveur.
Fouquet. -
Littérateurs. o

Parseval de Grandmaison. Lerouge.

Musiciens.

Viloteau. - Rigel.
Élèves de l'École polytechnique.

Viard. . Caristie.
Alibert. Duchanoy.

Interprètes.
Venture. Raige.
Magallon. Belletête.
Jaubert. 4 Laporte.

Imprimeurs. Marcel. o Gallant.

Puntis.

| N°. Iv, PAGE 140.

ARRÊTÉs PRIs PAR LE GÉNÉRAL BoNAPARTE A BoRD DU VAISSEAU L'oRIENT.

3 Messidor (21 juin).

« I. Tout individu de l'armée, qui aura pillé ou violé, sera fusillé. II. Tout individu de l'armée, qui, de son chef, mettra des contributions sur les villes, villages, sur les individus, ou commettra des extorsions de quelque genre que ce soit , sera fusillé. III. Lorsque des individus d'une division auront commis du désordre dans une contrée ,.la division entière en sera responsable; si les coupables sont connus, le général de division les fera fusiller; s'ils sont inconnus, le général de division préviendra à l'ordre que l'on ait à lui faire connaître les coupables; et s'ils restent inconnus, il sera retenu, sur le prêt de la division, la somme nécessaire pour indemniser les habitans de la perte qu'ils auront soufferte. rv. Lorsque les individus d'un corps auront commis du désordre dans une contrée, le corps entier en sera responsable. Si le chef a connaissance des coupables, il les dénon· cera au général de division, qui les fera fusiller; s'ils sont inconnus, le cheffera battre à l'ordre pour qu'on les lui fasse connaître, et s'ils continuent à être inconnus, il sera retenu sur le prêt du corps, la somme nécessaire pour indemniser les habitans de la perte qu'ils auront soufferte. v. Aucun individu de l'armée n'est autorisé à faire des réquisitions, ni lever des contributions, que muni d'une instruction du commissaire-ordonnateur en chef, en conséquence d'un ordre du général en chef. vI. Dans le cas d'urgence, comme il arrive souvent à la guerre, si le général en chef et le commissaire-ordonnateur

[ocr errors]

, en chef se trouvaient éloignés d'une division, le général de division enverra sur-le-champ copie au général en chef de l'autorisation qu'il aura donnée, et lecommissaire des guerres enverra une copie au commissaire-ordonnateur en chef des objets qu'il aura requis. vII. Il ne pourra être requis que des choses nécessaires aux soldats, aux hôpitaux, aux transports et à l'artillerie. vIII. Une fois la réquisition frappée, les objets requis doivent être remis aux agens des différentes administrations qui doivent en donner des reçus, et en recevoir de ceux à qui ils les distribueront, afin d'avoir leur comptabilité en matière en règle. Ainsi, dans aucun cas, les officiers et soldats ne doivent recevoir directement des objets requis. Ix. Tout l'argent en matières d'or et d'argent provenant des réquisitions, des contributions et de tout autre événement, doit, sous douze heures, se trouver dans la caisse du payeur de la division, et dans le cas où celui-ci serait éloigné , il sera versé dans la caisse du quartier-maître du corps. x. Dans les places où il y aura un commandant, aucune réquisition ne pourra être faite sans qu'auparavant le commissaire des guerres n'ait fait connaître au commandant de la place en vertu de quel ordre cette réquisition est frappée; le commandant de la place devra sur-le-champ en instruire l'état-major-général. xI. Ceux qui contreviendraientaux articles v, vI, vII, vIII, Ix et x, seront destitués et condamnés à deux années de fers. xm. Le général en chefordonne au général chefde l'étatmajor, aux généraux, au commissaire-ordonnateur en chef, de tenir la main à l'exécution du présent ordre; son intention n'étant pas que les fonds de l'armée deviennent le profit de quelques individus, ils doivent tourner à l'avantage de · tOuS, »

4 Messidor (25 juin).

« I. Les généraux commandant les divisions détachées, feront mettre, par le commissaire des guerres, le payeur de

la division, un officier de l'état-major et un scheik du pays, le scellé sur les caisses des revenus publics, sur les maisons et registres des fermiers des Mamlouks. II. Les chevaux et chameaux pris à l'ennemi après un combat, ou après avoir tué ou fait prisonnier celui qui les montait, seront payés sur l'ordre du général de division, savoir : 96 livres le cheval et 144 livres le chameau. »

1o Messidor (28 juin).

« I. L'amiral aura la police du port et des côtes des pays occupés par l'armée. Tous les réglemens qu'il fera et les ordres qu'il donnera auront leur exécution. II. Les ports de Malte et d'Alexandrie seront organisés conformément aux réglemens que fera l'amiral, ainsi que ceux de Corfou et Damiette. III. Le citoyen Leroy remplira les fonctions d'ordonnateur à Alexandrie ; le citoyen Vavasseur celles de directeur de l'artillerie. Iv. Les agens des administrations des ports et rades des pays occupés par l'armée correspondront avec l'ordonnateur Leroy, de qui ils recevront directement des ordres. . v. Toutes les munitions navales qui seront trouvées dans les pays conquis par l'armée, seront mises dans les magasins des ports. vI. Les classes pour les matelots seront établies à Malte, en Égypte, et dans les îles de la Mer-Ionienne. Tous les matelots ayant moins de trente ans, seront requis pour l'escadre. vII. La marine n'aura aucun hôpital particulier; elle se servira des hôpitaux de l'armée de terre. »

« ZurückWeiter »