Abbildungen der Seite
PDF

des habitans ; il y en eut cependant quelquesuns arrêtés. Ce petit événement, joint à la lenteur qu'on apportait à la levée des chevaux requis, décida Vial à embarquer, le 22, sur deux djermes 5o hommes d'infanterie pour se rendre à Mansourah ; ils étaient à moitié chemin lorsque des Arabes à cheval parurent sur la rive droite du Nil , et firent feu sur les djermes qui se jetèrent sur la rive gauche. Les Arabes s'embarquèrent dans des bateaux, passèrent l'eau au-dessous du détachement français qui débarqua aussitôt sur le Delta. Il y fut bientôt attaqué par les habitans de deux ou trois villages , armés de fusils , de lances et de fourches; après avoir résisté quelque temps et épuisé toutes ses cartouches , il se retira sur Damiette, ayant eu un homme tué et cinq blessés. Pour réprimer ces mouvemens , Vial attendait l'arrivée du détachement qu'il avait laissé à Mansourah, lorsqu'il apprit que ce détachement avait lui-même été forcé d'évacuer cette ville. En effet, le 23, 6o ou 8o Arabes à cheval se présentèrent à Mansourah ; les femmes montèrent sur leurs terrasses poussant des hurlemens affreux ; une partie des habitans se réunit aux Arabes; ils attaquèrent le détachement français retranché dans une maison.Après avoir perdu quelques hommes et tué une centaine d'assiégeans, celui-ci sortit la baïonnette en avant, et se retira sur la route du Kaire. •. Le divan rapporta au général Vial que les Arabes , au nombre de plusieurs mille, s'étaient portés sur Mansourah , étaient tombés sur les Français , dont quelques-uns avaient été tués , et sur les habitans dont 1 18 avaient péri. Vial serait parti de suite avec toutes ses forces 5 mais quand il apprit cet événement, il y avait déjà 36 heures qu'il s'était passé, et il ne pouvait plus espérer de rejoindre son détachement qui avait pris la route du Kaire. D'ailleurs il ne crut pas prudent de quitter Damiette. Il feignit de croire au rapport du divan , et ajourna la vengeance jusqu'à ce que sa position dans le pays se fût un peu plus raffermie ". Bonaparte le blâma d'avoir laissé un aussi faible détachement à Mansourah, car c'était évidemment le compromettre, et lui recommanda de tenir toujours ses troupes réunies, et de laisser libre le commerce avec la Syrie. « Écrivez à Djezzar-Pacha et au pacha de Tripoli, mandait-il, que je vous ai chargé de leur annoncer que nous ne leur en voulons pas, encore moins aux musulmans et vrais croyans ; qu'ils peuvent se tranquilliser et vivre en repos, et que j'espère qu'ils protégeront le commerce d'Egypte en Syrie, comme mon intention est de le protéger de mon côté *. » Le général Fugières étant parti pour aller commander dans le Garbyeh, s'arrêta quelques jours à Menouf, où il seconda , dans diverses opérations, le général Zayonschek qui y commandait. Le 25 thermidor, il partit de cette ville. Arrivé près du village de Remerieh, il en aperçut les habitans armés de fusils, et bordant le revêtement de terrasse dont il était entouré ; toutes les portes étaient fermées. Voyant cette contenance hostile, Fugières demanda à parler au cheyk et aux prin· cipaux hahitans. On lui répondit qu'ils ne voulaient ni lui parler, ni le voir. Il les somma d'ou·vrir leurs portes ; ils refusèrent , disant qu'ils étaient les maîtres chez eux, et qu'on n'y entrerait

* Lettres de Vial à Bonaparte, des 24 et 26 thermidor. * Lettre du 5 fructidor.

pas. Il les somma de mettre bas les armes ; cette

sommation ne fut pas mieux reçue. Il fit fermer et garder par des pelotons de distance en distance les issues du village, en attendant l'arrivée du général Zayonschek, qu'il avait envoyé prévenir. Pendant ce temps là , les habitans d'un village contigu appelé Tétar, se réunirent à ceux de Remerieh ; on fit feu sur le bataillon de la 19°. Zayonschek arriva avec un renfort. Il conseilla à Fugières de faire une fausse attaque , tandis que lui tenterait l'assaut avec ses grenadiers. Le chef de brigade Lefebvre se mit à leur tête, fit enfoncer une des portes par les sapeurs et pénétra dans le village, mais il y trouva la plus vigoureuse résistance. Hommes et femmes, tous les habitans, armés de piques et de fusils , se battaient avec un acharnement qui tenait de la rage. De tous côtés, la troupe entra dans le village, et l'on se battit toujours avec la même fureur. Il fallut forcer partout les habitans, et les passer par les armes. Des femmes se jetaient à la gorge des soldats pour les étrangler ; on fut forcé d'en tuer quelques-unes ; 4 à 5oo habitans furent tués, le reste prit la fuite, on emmena 3o prisonniers.

[ocr errors]

Il ne fallut pas moins que le nombre et la résolution des troupes pour les réduire. Les Français eurent un sapeur tué et une douzaine de blessés. Fugières ayant épuisé toutes ses munitions, ne jugea pas prudent de s'engager dans un pays insoumis et très-peuplé ; il rétrograda sur Menouf, et écrivit au général en chef pour en obtenir de nouvelles munitions, un bataillon de renfort et deux pièces d'artillerie ". , • Soupçonnant que le divan de Menouf et Georgio, intendant cophte de la province, avaient suscité cette affaire, Zayonschek les distitua, les fit arrêter, les remplaça ; et, douze heures après, n'ayant pas de preuves contre eux, les mit en liberté. Du reste, il était persuadé que tous les villages avaient à peu près le même esprit, et que, pour en être maître, il fallait pouvoir les désarmer, enlever leurs portes et abattre leurs murs d'enceinte *. ' « Je n'ai pas vu avec plaisir, lui répondit Bonaparte , la manière dont vous vous êtes conduit envers le cophte : mon intention est qu'on ménage ces gens-là, et qu'on ait des égards pour eux. Articulez les sujets de plainte que vous avez contre lui , je le ferai remplacer. Je n'approuve pas non plus que vous ayez fait arrêter le divan sans avoir approfondi s'il était coupable ou non ; il a fallu le relâcher douze heures après : ce n'est pas le moyen de se concilier un parti. Étudiez les

· Lettre de Fugières à Bonaparte, du 26 thermidor.
* Lettre de Zayonschek à Bonaparte, ibid.

peuples chez lesquels vous êtes ; distinguez ceux qui sont le plus susceptibles d'être employés ; faites quelquefois des exemples justes et sévères, mais jamais rien qui approche du caprice et de la légèreté. Je sens que votre position est souvent embarrassante, et je suis plein de confiance dans votre bonne volonté et votre connaissance du coeur humain ; croyez que je vous rends la justice qui vous est due ". » , Après le combat de Salhieh , le général Dugua était parti pour aller prendre possession de la province de Mansourah, dans le chef-lieu de laquelle Vial avait, comme on l'a vu, laissé en passant un faible détachement de troupes. Dugua marcha, pendant douze heures , et arriva, le 27 thermidor au soir , au bord du canal Saffra, près du village d'El-Lebaïdeh. C'était précisément le moment où l'inondation commençait. A la droite de la division Dugua s'étendait la vaste plaine de Daqhelieh , couverte par l'inondation pendant huit à neuf mois de l'année , et qui avait l'aspect d'un grand lac. Le canal Saffra, rempli depuis huit jours, avait neuf pieds de profondeur et dixhuit toises de large. N'y trouvant point de bateaux, Dugua fit construire un radeau avec quelques poutres et des portes prises dans le village. Il était extrêmement inquiet sur ses subsistances, et ne découvrait point de légumes ; les habitans avaient fui et emmené leurs bestiaux ; il faisait son possible pour les rassurer, afin d'avoir des vivres

' Lettre du 29 thermidor.

« ZurückWeiter »