Abbildungen der Seite
PDF

sous deux ou trois jours , c'est-à-dire lorsqu'on leur aura distribué leurs armes. Je suis sûr qu'il maintiendra la discipline dans ce corps ; il est de tournure et de volonté à cela. Sa légion sera composée de 6o6 hommes, y compris l'état-major et tous les officiers ". » Bonaparte répondit à Kléber qu'il n'approuvait pas la mesure qu'il avait prise, de retenir les 15,ooo fr. destinés au contre-amiral Gantheaume ; qu'il eût à les lui remettre ; que, du reste, les officiers de terre, en garnison sur les vaisseaux , qui devaient être peu nombreux, se trouvaient naturellement compris dans la répartition *. Kléber et Gantheaume s'entendirent pour faire participer à ce secours les officiers des deux armées qui avaient le plus souffert. Le général en chef écrivit à l'ordonnateur Leroy : « Il est extrêmement ridicule, citoyen ordonnateur, que vous vous amusiez à payer le traitement de table, quand la solde des matelots et le matériel sont dans une si grande souffrance. Je vous prie de vous conformer strictement à mon ordre, d'employer au matériel les trois quarts de l'argent que je vous ai envoyé, et le quart seulement au personnel de la marine. En faisant de si grands sacrifices pour elle, mon intention a été de mettre les trois frégates et les deux vaisseaux en état de sortir le plutôt possible *. »

" Lettre du 9 fructidor (26 août). * Lettre du 15 (5o).

* Lettre du 29 (15 septembre).

On lisait dans le Courrier d' sgrpte , du 2o fructidor, cet article remarquable : « Trois vaisseaux de guerre portugais et deux frégates croisent dans ce moment-ci devant Alexandrie. C'est le coup de pied de l'âne. Mais le lion n'est pas mort, et une année ne se passera pas sans que cette ridicule croisière ne coûte des larmes de sang à la reine et aux grands du Portugal. Pour aller de Paris à Lisbonne, il n'y a point d'Océan à traVerSer * » . Il se passa plus d'un an. Mais cette prédiction, où l'on reconnaît les paroles de Bonaparte, s'accomplit. - - ! Pendant que l'armée de terre triomphait en Égypte et que l'armée navale succombait à Abouqyr, les communications avec la France étaient interrompues, et l'importante conquête de Malte s'affermissait lentement dans les mains des vainqueurs. · | Les approvisionnemens de cette île éprouvaient · des difficultés à cause des croisières anglaises et des mauvaises dispositions de la cour de Naples , qui entravait le commerce avec la Sicile. On avait ouvert des communications avec les puissances barbaresques ; mais elles n'avaient encore rien produit qu'une lettre amicale du pacha de Tripoli. - Le peuple maltais, recommandable par sa douceur et sa bonté, semblait se rapprocher des Français, et avait même fait éclater son attache

1 No,

3

ment, à la fête du 14 juillet; mais il ne se pressait pas d'acheter des biens nationaux. Cette ressource, qu'avait indiquée le général en chef, paraissait donc devoir être encore nulle pour longtemps. , Vaubois, qui se flattait d'être généralement aimé dans l'île, voyait avec douleur que les militaires, pour lesquels il faisait tout ce qui était en son pouvoir, en usaient mal avec lui. Il assurait que, si la solde manquait pendant une seule décade, le soldat se porterait à des excès. « Tout va assez d'accord ici, écrivait ce général à Bonaparte. Nous sommes cependant un peu en contradiction avec Regnault sur un seul point. Je crois qu'il a tort, car il est seul de son avis; et s'il persiste, c'est affaire d'amour-propre. L'objet est de grande conséquence, car il est question de l'administration de l'université. Il voudrait mettre à la tête, un homme contre lequel il y a beaucoup à dire. Tous les capitalistes en meurent de peur. Une administration qui assure la subsistance de l'île et des troupes, qui tient dans ses mains la fortune de tant de particuliers, qui est en déficit, mais dont il est facile de remonter le crédit , et qui éprouvera des secousses extrêmement dangereuses, si la confiance est alarmée, tout cela est du plus grand intérêt. Mais nous ne nous brouillerons pas, j'espère, et tout ira bien ". » La commission, chargée d'organiser le gouvernement, poursuivait ses travaux. Le peuple maltais, quoique plongé dans la superstition et l'igno

* Lettre du 27 messidor.

rance, montrait les plus heureuses dispositions

pour se plier aux institutions nouvelles. Les habitans de la ville les goûtaient d'autant plus, qu'ayant plus de lumières, ils étaient plus exposés aux vexations des ci-devant chevaliers qu'ils avaient vu partir, en général, avec une extrême · joie. Bosredon Ransijat remerciait le général en chef d'avoir laissé à Malte, un homme conciliant, brave et loyal, tel que le général Vaubois *. Il ne venait rien de Sicile. Naples était ouvertement déclaré pour les Anglais, et, de concert avec eux, voulait affamer Malte. On y manquait

de charbon et de bois , le vin devenait rare ; on # avait besoin de chemises et d'argent, la solde était "

arriérée. On répandait des écrits pour soulever

la garnison contre le général ; cependant elle res

tait tranquille. Vaubois craignait que les réformes
trop brusques, produites dans l'île, par le change-
ment de gouvernement, ne causassent des mou-
vemens. « J'avoue, écrivait-il à Bonaparte, que
la chaleur de Regnault m'ôte le temps de réflé-
chir *. »
Les douze municipalités étaient en pleine acti-
vité, les juges de paix en exercice, et leur mi-
nistère rendait plus de services que celui des
prêtres; les tribunaux civils et criminels installés.
La garde civique faisait son service. Les couvens

" Lettre de Bosredon-Ransijat à Bonaparte, du 29 messidor, * Lettre du 11 messidor.

[ocr errors]

étaient réduits à un de chaque ordre ; les juridictions abusives de l'évêque et de l'inquisiteur abolies. « Un journal allait paraître, ajoutait à tous ces détails, Bosredon Ransijat, pour remplir le double but de célébrer dignement vos ultérieures et glorieuses entreprises , et d'éclairer le peuple maltais sur les avantages de sa réunion à la France *. » Mais ces lettres étaient sans doute interceptées par les croisières anglaises, car Bonaparte, en écrivant, le 4 fructidor ( 21 août), au général Vaubois de fournir au contre-amiral Villeneuve les moyens de se ravitailler, lui mandait n'avoir pas reçu de lettres de lui. - - - A Malte, on était aussi sans nouvelles directes de l'Égypte. On y avait du pain et des armes ; tout le reste allait bientôt manquer. Tous les bâtimens expédiés pour la côte de la République romaine, avaient été pris ou forcés de relâcher. · Personne ne voulait plus partir. On ne trouvait pas à assurer même à vingt pour cent. On ne pouvait rien obtenir de la Sicile ; une rupture avec Naples était imminente. On avait reçu quelques provisions de la Barbarie; malgré cela on était gêné pour le présent, et inquiet sur l'avenir. · « Si vous étiez en Italie, écrivait Regnault à Bonaparte, votre pensée aurait rapidement jeté un pont sur le détroit de Messine, et sur le canal qui nous sépare de la Sicile; mais vous n'êtes pas

' Lettre à Bonaparte, du 13 thermidor.

« ZurückWeiter »