Abbildungen der Seite
PDF

rues du Kaire, au milieu d'une population immense réunie sur son passage, dans un silence respectueux, et alla prendre possession de la citadelle, à l'extrémité de la ville sur les confins du désert. - | |

· Bonaparte écrivit au pacha qu'il était très-fâché de la violence que lui avait faite Ibrahim-Bey, en le forçant de quitter le Kaire pour le suivre, et l'engagea à revenir dans cette ville, s'il en était encore le maître, lui promettant qu'il y jouirait de la considération et du rang dus au représentant du sultan, l'ami de la France..Ce pacha ne fit aucune réponse et ne revint pas. :::: | oi : , , , · Cependant le peuple du Kaire se préparait à recevoir les Français. o o o | | | - Les vainqueurs trouvent partout des adulateurs et des poëtes, même parmi les peuples qu'ils ont domptés. Lé 5 thermidor, le chef des mouphtys entonna un cantique de louanges dans la principale mosquée du grand Kaire, et le Triomphe des braves de l'Occident et du favori de la victoire y fut chanté . - · : o : | 2 . o

| Pendant ce temps-là, l'armée se délassait de ses fatigues, † riches dépouilles des vaincus § | dans le Nil les cadavres des Mamlouks; leurs armes étaient précieuses, et la quantité d'or que l'on trouvait sur eux rendait se soldat très zélé pour cette recherche La ville

[ocr errors]

- o o r ... o : . .. ;!ooora : ; . - " Nous avons renvoyé à la fin de ce volume cette pièce remarquable, vrai Te Deum oriental, qui peut donner une idée de la littérature arabe à cette époque. V. Pièces Justificatives, n° v1.

de Gizeh était environnée d'une enceinte, assez vaste pour renfermer tous les établissemens de l'armée, et assez forte pour résister aux Arabes et aux Mamlouks. On s'empressa de les mettre en état. - : o Mourad-Bey s'était jeté dans la Haute-Égypte pour réorganiser les débris de ses forces et en rassembler de nouvelles.A ce guerrier, qui montrait du courage et de l'habileté, Bonaparte opposa un de ses meilleurs lieutenans. Il ordonna à Desaix de se porter, avec sa division, à deux lieues en avant de Gizeh, en suivant les bords du Nil ; de choisir un emplaeement qui, hors le temps de la crue, ne fût pas inondé, et cependant assez près du fleuve. L'intention du général en chef était que ce point fût retranché par trois redoutes formant le triangle, se flanquant entre elles, et pouvant être défendues chacune par quatre-vingt-dix hommes, deux canonniers et deux petites pièces de canon; de les réunir entre elles par trois bons fossés qui formeraient les courtines, de manière que ce triangle pût contenir toute la division et lui servir de camp retranché. Des ordres furent en conséquence donnés aux commandans du génie et de l'artillerie de tracer les ouvrages et de pousor vive en les trava Ilot recommandé à Desaix,d'ordonner à Belliard d'envoyer des espions, de fréquentes reconnaissances au loin pour connaître ce que faisaient les Mamlouks , des lettres et proclamations » et d'exiger que les villages eoyossent des députés pour prêter le serment d'obéissance 1 · · · · é o o aiit

[ocr errors]
[ocr errors]

· Après toutes ces opérations, pour lesquelles Bonaparte n'accordait que deux jours, Desaix devait laisser une partie de sa division sous le commandement de Belliard, et revenir avec le reste à Gizeh pour recevoir de nouveaux ordres. Dès que les redoutes seraient susceptibles de quelque défense, il y laisserait un bataillon, et recevrait l'ordre de rejoindre la division. - ii2 , o De semblables dispositions furent faites pour • tracer aux Pyramides un fort à étoile, ou redoute brisée, capable de contenir de deux cent cinquante à trois cents hommes et deux pièces de canon, afin de contenir les Arabes. Pour protéger ces travaux, Dugua y envoya son avant-garde avec une pièce de trois et trente hommes à cheval , sous le commandement de Verdier, et lui prescrivit de faire une circulaire aux Arabes des environs, pour les prévenir que le général en chef tirerait vengeance contre eux des assassinats qui seraient commis sur les Français ". Ces menaces ne produisirent pas d'abord un grand effet. La population des villages montrait des dispositions hostiles. Vu la difficulté qu'on éprouvait à faire travailler le soldat, on employait à ces ouvrages des paysans qui faisaient fort peu de chose , et qu'il fallait encore garder avec les troupes. Quelques soldats de Verdier étant allés sans armes au village d'El-Khyam, pour moudre du grain, furent assaillis par une vingtaine d'Arabes qui en massacrèrent quinze et en blessèrent quatre dangereusement Il ne s'en serait pas sauvé un seul, sans une compagnie de carabiniers qui, au premier coup de fusil, coururent à leur seCOurS *. · · · : o , , , Pour soumettre Mourad-Bey, Bonaparte eut aussi recours à la voix des négociations. Il paraîtrait même que ce bey lui avait fait faire quelque proposition, à en juger par la lettre suivante du général en chef qui chargea l'Italien Rosetti de conclure et signer, avec. Mourad-Bey, une convention qui mit fin aux hostilités. « Vous vous rendrez secrètement, citoyen, auprès de Mourad-Bey, vous lui direz que vous m'avez présenté l'homme qu'il avait envoyé; que cet homme, par des paroles indiscrètes, des discours verbeux et faux, n'était parvenu qu'à m'indisposer davantage contre lui; mais que j'ai compris que le moment pouvait venir où il fût de mon intérêt de me servir de Mourad-Bey comme de mon bras droit, et que je consentais à ce qu'il conservât la province de Girgeh, dans laquelle il devrait se retirer dans l'espace de cinq jours, et que, de mon côté, je n'y ferais point entrer de troupes. Vous lui direz que, ce premier arrangement fait, il sera possible, en le connaissant mieux, que je lui fasse de plus grands avantages; et vous signerez de suite un traité en français et en arabe, conçu à peu près en ces termes :

' Lettres du 5 thermidor (23 juillet) - • 1 l . "

' I . Mourad-Bey conservera avec lui cinq ou six

' Lettre de Verdier, du 1o thermidor.

cents hommes à cheval, avec lesquels il gouvernera la province de Girgeh, depuis les cataractes jusqu'à une demi-lieue plus bas que Girgeh , et la maintiendra à l'abri des Arabes. .. | · II. Il se reconnaîtra, dans le gouvernement de ladite province, dépendant de la France. Il paiera, à l'administration de l'armée, le miry que cette province payait. .. | | | | | , III. Le général s'engage, de son côté, à ne faire entrer aucune troupe dans la province de Girgeh, et à en laisser le gouvernement à MouBey, , · · · · · · · · · · · · · .. , Iv. Mourad-Bey se retirera au-delà de Girgeh, dans Pespace de cinq jours. Aucun de ses gens n'en pourra sortir, pour entrer dans les limites d'une autre province, sans une permission du général. » . | | : .. - | t - e ! - j . - , Le 6 thermidor ( 24 juillet ), Bonaparte écrivit au Directoire pour l'instruire des opérations de l'armée depuis , son départ , d'Alexandrie , des combats de Rahmanieh et de Chébreis, de la victoire éclatante qu'il venait de remporter au pied des Pyramides, et de la soumission du Kaire. - · · · · · Le 7 thermidor ( 25 juillet), le général en chef fit son entrée dans la capitale de l'Égypte, à quatre heures après midi. Il alla loger sur la place Esbekieh, dans la maison d'Elfi-Bey, et y établit son quartier-général. Cette maison était située à une extrémité de la ville , et le jardin communiquait avec la campagne.Le soir de son

« ZurückWeiter »