Abbildungen der Seite
PDF

était inquiet si l'ennemi ne se trouvait pas en face *. . ' • Le 22, au lever du soleil , l'armée se mit en marche pour Ramanieh; la division Desaix qui était arrivée la première à Damanhour, laissa défiler toutes les autres, et forma l'arrière-garde ; à cause du petit nombre de puits, les divisions furent forcées de marcher à deux heures l'une de l'autre. En sortant de Damanhour, Bonaparte n'ayant avec lui que quelques officiers d'état-major et quelques-uns de ses guides , marchait à une certaine distance des corps d'armée, séparé seulement par une légère élévation de terrain des Bédouins dont il ne fut point apperçu. Après avoir reconnu le péril auquel il venait d'échapper : Il n'est point écrit là-haut, dit-il gaiement, que je doive étre pris par les Arabes. A neuf heures et demie du matin, les divisions Menou, Bon et Reynier, avaient pris position. Le soldat découvrit le Nil ; il s'y précipita tout habillé et s'abreuva avec délice de ses eaux. Dès lors les marches ne furent plus aussi pénibles. On se délassait le soir de la fatigue et de la chaleur en se baignant dans le fleuve. Le général en chef reçut à Rahmanieh un coup de pied de cheval qui lui fit à la jambe droite une contusion assez forte pour faire craindre des suites. Larrey les prévint et le guérit en peu de temps, malgré la marche et l'activité naturelle de Bonaparte qui ne lui permettaient pas le repos.

* Derniers momens de Napoléon.-Antomarchi, t. II, p. 4.

Presque au même instant où l'armée s'était précipitée dans les eaux du Nil , le tambour la rappela à ses drapeaux. Un corps d'environ 8oo Mamlouks s'avançait en ordre de bataille. On courut aux armes. Ils s'éloignèrent et se dirigèrent sur la route de Damanhour, où ils rencontrèrent la division Desaix. Le feu de l'artillerie avertit qu'elle était attaquée. Bonaparte marcha à l'instant contre les Mamlouks ; mais l'artillerie de Desaix les avait déjà éloignés. Ils avaient pris la fuite et s'étaient dispersés après avoir eu 4o hommes tués ou blessés. Parmentier, lieutenant à la 61°. demi-brigade, et un guide à cheval périrent dans cette action. Dix fantassins furent légèrement blessés. Le soldat, épuisé par la marche et les privations, avait besoin de repos ; les chevaux, faibles et harassés par les fatigues de la mer, en avaient plus besoin encore. Bonaparte prit le parti de séjourner à Rahmanieh les 23 et 24, et d'y attendre la flottille et la division Dugua qui venait par Rosette. - ". , | La terreur, répandue sur tous les points de l'Égypte, à la nouvelle de l'arrivée des Français à Alexandrie, s'était fait sentir à Rosette plus qu'ailleurs, à cause de sa proximité de cette première ville. Ses habitans s'attendaient à être pillés, massacrés , ou au moins emmenés en esclavage. Ils étaient entretenus dans ces idées par des marchands candiotes qui s'y trouvaient alors; ils y avaient été attirés par le gouverneur, leur compatriote, Osman Roguey, qui, délégué de SalehBey, y avait commis lui-même, comme kachef, le Mamlouk Sélim. Des fuyards d'Alexandrie avaient traversé Rosette pour se cacher dans l'intérieur du Delta , et y avaient entraîné des habitans. Les mosquées s'étaient remplies de dévots qui s'abandonnaient à Mahomet ; les femmes poussaient des cris, et emportaient leurs enfans dans les campa· gnes. Les Candiotes insultaient les Français établis ; il y en eut même un de massacré. Heureusement la proclamation du général en chef était arrivée au milieu de ces excès ; elle appaisa les alarmes du peuple qui prit les Français sous sa protection, et pria l'un d'eux, le négociant Varsy, d'aller à la tête d'une députation porter des paroles de paix au général en chef. Le kachef Selim, voyant ces dispositions, avait remonté le Nil pour rejoindre les Mamlouks à Rahmanieh, et avait été tué dans le premier combat. • - ' · Cependant le général Dugua s'était avancé sur Rosette; on était allé au-devant de lui et on lui avait remis les clefs de la ville. Varsy, le muphti, le serdar-aga et le chaouieh s'étaient constitués otages, les Français étaient dans la ville sans coup férir. Dugua avait ordonné la formation d'une administration provisoire, et, laissant à Rosette une garnison de 2oo hommes, il s'était mis en route pour rejoindre l'armée. Il arriva au quartier-général de Rahmanieh après une marche forcée, et annonça que la flottille était heureusement entrée dans le Nil; mais, les eaux étant basses, elle remontait le fleuve avec difficulté.

Elle arriva enfin dans la nuit du 24. Cette nuit ToME I. — GUERRE D'ÉGYPTE. : I2

même, l'armée partit pour Minieh-Salameh. Elle y coucha, et le 25, avant le jour, elle était en marche pour livrer bataille à l'ennenmi partout où elle pourrait le rencontrer. Bonaparte apprit que Mourad-Bey, à la tête d'un corps de 4,ooo Mamlouks , attendait les Français à Chébreis ". Sa droite était appuyée à ce village où il avait placé quelques pièces de canon, et au Nil, sur lequel il avait une flottille de | 1o chaloupes canonnières et de djermes armées. Bonaparte avait ordonné à la flottille française, composée de trois chaloupes canonnières, un chebek et une demi-galère, de continuer sa marche, en se dirigeant de manière à pouvoir appuyer la gauche de l'armée sur le Nil, et attaquer la flottille ennemie au moment où l'on attaquerait les Mamlouks et le village de Chébreis. Malheureusement la violence des vents ne permit pas de suivre en tout ces dispositions. La flottille dépassa la gauche de l'armée, gagna une lieue sur elle, se trouva en présence de l'ennemi, et se vit obligée - d'engager un combat d'autant plus inégal qu'elle avait à la fois à soutenir le feu des Maumlouks, des fellâh et des Arabes, et à se défendre contre la flottille ennemie. Il fut extrêmement opiniâtre. On tira de chaque côté plus de 1,5oo coups de canon. Les fellâh , conduits par les Mamlouks, se jettèrent, les uns à l'eau, les autres dans des

[ocr errors]

· " Les Égyptiens appellent ce village Chobráris ; nous lui conserverons néanmoins le nom de Chébreis, sous lequel il est plus

COIlIlUl.

djermes, et parvinrent à prendre à l'abordage la · demi-galère et une chaloupe canonnière. Le chef de division Perrée, quoique blessé au bras d'un coup de canon, disposa aussitôt ce qui lui restait de forces, et parvint à reprendre à l'ennemi ses deux bâtimens sous la protection de son chebek qui vomissait de tous côtés le feu et la mort, et brûla des chaloupes canonnières à l'ennemi. Il fut · puissamment secondé par l'intrépidité et le sangfroid du général Andréossy, qui commandait un corps de troupes de debarquement; les citoyens Monge, Berthollet et Bourienne montrèrent beaucoup de courage. L'ordonnateur en chef Sucy fut grièvement blessé en défendant avec vigueur une chaloupe canonnière chargée de vivres. · Cependant le bruit du canon avait fait connaître au général en chef que sa flottille était engagée. Il fit marcher l'armée au pas de charge; elle s'approcha de Chébreis, et aperçut les Mamlouks rangés en bataille en avant de ce village. Bonaparte reconnut leur position et forma l'armée ; elle était composée de cinq divisions : chacune d'elles formait un carré qui présentait à chaque face six hommes de hauteur ; l'artillerie était placée aux angles; au centre, étaient les équipages et la cavalerie. Les grenadiers de chaque carré formaient des pelotons qui flanquaient les divisions, et étaient destinés à renforcer les points d'attaque. · Les sapeurs, les dépôts d'artillerie , prirent position et se barricadèrent dans deux villages en

arrière, afin de servir de point de retraite, en

« ZurückWeiter »