Abbildungen der Seite
PDF

pour servir à conduire les troupes et escorter le

convoi.

· A Nice, Antibes et Marseille, le ministre de la marine frêterait les plus gros bâtimens de commerce en assez grand nombre pour porter les

troupes et l'artillerie, et assurer les approvisionIn6II2G IlS. - -

Le ministre de la guerre réunirait sur ces points les troupes , l'artillerie et les munitions nécesSalIo6S, • . - - , Il y avait à Toulon six vaisseaux de guerre, des frégates et des corvettes; il fallait y joindre six tartanes canonnières. . · · · · · · · · · · Ces bâtimens réunis suffiraient pour porter la partie des troupes qui devait être embarquée à Toulon. ' | | | : L'escadre, selon le rapport du ministre de la marine, serait prête à partir sous 15 jours. Mais elle manquait de matelots ; il proposait donc de mettre l'embargo sur les bâtimens nécessaires au transport de l'artillerie, et les noliser. Sans compter les dépenses ordinaires, tant pour l'approvisionnement, l'armement et la solde de l'escadre, la solde, la nourriture et l'habillement des troupes, que pour l'artillerie et le génie, auxquelles il était indispensable de pourvoir en effectif, il faudrait une dépense extraordinaire de 5 millions, par conséquent, 8 ou 9 en tout *. Pour remplir promptement le grand objet de l'armement de la Méditerranée, le Directoire prit

[ocr errors][ocr errors]

une série d'arrêtés rédigés par Bonaparte et minutés de sa main. Le secrétaire général ne fut pas mis dans le secret; ils furent expédiés, par Merlin qui venait d'être nommé président, aux ministres et à Bonaparte. « Vous êtes chargé en chef de leur exécution , lui écrivit le Directoire , , vous voudrez bien prendre les moyens les plus prompts et les plus sûrs. Les ministres de la guerre, de la marine et des finances sont prévenus de se conformer aux instructions que vous leur transmettrez, sur ce point important, dont votre patriotisme a le secret, et dont le Directoire ne pouvait pas mieux confier le succès qu'à votre génie et à votre amour pour la vraie gloire » ".

Dès ce moment, Bonaparte eut la dictature de l'expédition, et donna l'impulsion la plus rapide à ses préparatifs. L'exécution en fut confiée sous ses ordres directs à une commission dite de l'armement des côtes de la Méditerranée , composée du contre-amiral Blanquet-Duchayla, nommé inspecteur de ces côtes, de l'ordonnateur de la marine Leroy, de l'ordonnateur en chef de l'armée de terre Sucy, et du général Dommartin, inspecteur de l'artillerie.

Les officiers civils et militaires de la marine, les commissaires du gouvernement près les administrations , les officiers commandant sur les différens points de la côte, devaient obtempérer aux réquisitions qui leur seraient faites par la COIIlIIl1SSlOIl .

· Lettre du 15 ventôse (5 mars 1798), signée La RéveillèreLepaux, Merlin et Barras.

Il lui fut prescrit de prendre des mesures pour se procurer à Nice, Gênes, Antibes, Toulon et Marseille, tous les bâtimens nécessaires au transport des troupes et de l'artillerie, de pourvoir à l'approvisionnement de ces troupes en vivres pour deux mois et en eau pour un mois, de lever des matelots et d'achever l'armement de l'escadre, de manière à ce que tout fût près du 2o au 3o germinal (du 1o au 2o avril 1798.) Le ministre des finances fut chargé de faire verser, sur les crédits des ministres de la guerre et de la marine, un million dans la caisse du payeur de la commission, avant le 2o ventôse ( Io mars ), et 5oo,ooo francs par décade, à partir de cette époque. - • * Pour faire connaître les mesures commandées par Bonaparte dans une foule d'ordres et de dépêches, nous allons en donner une rapide analyse. Il adressa, le 17 ventôse (7 mars), à la commission de l'armement des côtes, que nous appellerons de la Méditerranée, une instruction qui indiquait les mesures à prendre pour l'armement et l'approvisionnement des vaisseaux à Toulon, la solde des équipages et des troupes, l'embarquement des hommes, de l'artillerie de siège et de campagne, des munitions et l'emploi des fonds. Il lui prescrivait de ne correspondre qu'avec lui seul, cer-

tain que le succès de son entreprise dépendait de "

la force et de l'unité de volonté. #
Mais il ne s'en rapportait pas seulement au zèle
de cette commission ; il adressait des instructions

particulières aux différens chefs de service, corToME I. — GUERRE D'ÉGYPTE. 2

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

respondait directement avec tout le monde, et tenait dans ses mains les fils multipliés par lesquels il faisait tout mouvoir. Il ne tolérait point de retard ; il ne connaissait point d'obstacle. Les préparatifs faits par le général Dommartin, chargé de l'artillerie, traînaient en longueur. Il allait chercher bien loin ce qu'il avait sous la main. « Voyez, lui mandait Bonaparte, à prendre à Tou| lon, Antibes, Nice et Marseille, ce qui vous serait nécessaire. Il y a à Nice toutes les pièces de 24 que vous pouvez désirer, et sur la côte de la Méditerranée plus de 6o mortiers à la Gomère. Il faut être prêt à partir pour les premiers jours de floréal ; vous sentez bien que les bombes que vous faites faire dans le Forez, ne peuvent pas être prêtes pour cette époque ". Les troupes, le matériel et le personnel, tout se dirigeait sur Civita -Vecchia , Gênes, Nice, Toulon, Marseille et la Corse. La plus grande activité régnait dans ces ports. Le rendez-vous général était donné à Ajaccio ; on y établissait un hôpital de 5oo lits ; on y rassemblait des approvisionnemens pour 25,ooo hommes pendant 1ojours. Barraguay d'Hilliers avait le commandement de la division dont l'embarquement se préparait à * Gênes, et celui de la division qui devait s'embarquer à Civita - Vecchia, fut donné à Desaix. Ils étaient chargés de presser les armemens; le général en chef de l'armée d'Italie les aidait de tous ses moyens. Ce fut d'abord Berthier, ensuite

· " Lettre du 16 germinal (5 avril). |

Brune, qui lui succéda. Dans une lettre à ce général, on voit la haute idée que Bonaparte avait de son expédition. « Vous avez, lui mandait-il, , beaucoup à faire dans le pays où vous êtes. J'espère que ce sera le passage d'où vous viendrez me rejoindre pour donner le dernier coup de main à la plus grande entreprise qui ait encore été exécutée parmi les hommes » ; et l'esprit toujours occupé de cette Italie, sa glorieuse conquête, il ajoutait : « Entourez-vous d'hommes à talens et , forts. Je vous recommande de protéger l'observa- . toire de Milan ; et entre autres Oriani, qui se plaint de la conduite qu'on tient à son égard ; c'est le meilleur géomètre qu'il y ait eu ". » Toutes les troupes qui étaient dans le Midi se réunissaient à Marseille et Toulon. Une division d'infanterie et de cavalerie, dans . laquelle commandaient les généraux Rampon et Pigeon, et où le commandement de la cavalerie fut donné à Leclerc , fut détachée de l'armée d'Helvétie. Avant leur départ, les troupes furent averties qu'elles se rendaient à Toulon pour une expédition importante, sous les ordres du général Bonaparte.Arrivées à Lyon , elles devaient s'embarquer sur le Rhône jusqu'à Avignon, et de là continuer leur route par terre. Lannes fut envoyé à Lyon pour faire d'avance préparer les bateaux et distribuer aux troupes, suivant leurs besoins, des effets d'habillement et d'équipement. L'ordre fut donné de diriger sur Gênes la compagnie des

[ocr errors]

* Lettre du 13 germinal (2 avril. ). - - o - .

[ocr errors]
« ZurückWeiter »