Abbildungen der Seite
PDF

soldats de son armée n'inquiétât les habitans d'Alexandrie, par des vexations, par des rapines et par des menaces, et que celui qui se porterait à de pareils excès sera puni du supplice le plus SCV6re. . • Le général en chef a aussi promis solennellement de ne jamais forcer aucun des habitans à changer sa religion et à ne jamais exiger d'innovation dans les pratiques religieuses ; mais qu'au contrâire son intention était que tous les habitans restassent dans leur religion, et de leur assurer le repos et leurs propriétés par tous les moyens qu'il a en son pouvoir, tant qu'ils ne chercheront point à nuire, ni à sa personne, ni à l'armée qu'il · commande. Le présent acte a été dressé, mercredi matin , 2o de la lune de Muharem , l'an de l'Hégire 12 13. - Signés : Le pauvre Ibrahim el Bourgi, chef de la secte. Hanofite; Le pauvre Muhamed el Messiri ; Le pauvre Ahmed;

Le pauvre Souliman Caïnef-Mouphty du Maliki. »

Dès que Bonaparte fut maître d'Alexandrie, son premier soin fut d'y établir un lazaret, le premier qu'on eut vu dans le Levant, auquel il donna la même organisation qu'à celui de Marseille. Heureusement à cette époque la peste n'existait point à Alexandrie, à Rosette , ni dans aucun en

droit de l'Égypte.

Le général en chef prit des mesures pour faire arriver dans cette ville les approvisionnemens né· cessaires à l'armée. Il écrivit à l'ordonnateurNajac, à Toulon, d'accélérer le départ du second convoi, de faire imprimer et d'envoyer dans tous les ports du Languedoc et de la Provence, et même au consul de Gênes, un écrit pour engager tous les négocians à expédier à Alexandrie des chargemens de vin etd'eau-de-vie. Ces expéditions étaient beaucoup plus faciles que par le passé, le port de Malte offrant un point de relâche commode et une retraite sûre contre les corsaires anglais ". Depuis son arrivée dans la rade d'Alexandrie, Brueys n'avait pas perdu un instant pour faire sonder les différentes passes qui pouvaient lui assurer le mouiilage dans le Port-Vieux. Les comptes qui lui avaient été rendus n'étaient pas satisfaisans, et l'interrogatoire qu'il avait fait subir aux pilotes pratiques que Bonaparte lui avait envoyés, ne l'étaient pas davantage, puisque, selon eux, il fallait passer sur des fonds où il n'y avait que 4 brasses et demie, ou 22 pieds 6 pouces. Or, les plus petits vaisseaux de 74 tiraient cette quantité d'eau, et ne pouvaient par conséquent pas y entrer. Il attendait des renseignemens plus certains ; mais tout lui annonçait que l'entrée des deux ports • était impraticable pour les vaisseaux de guerre. Il ne pouvait pas tenir dans la position où il était à cause de la qualité du fond parsemé de roches , ni y attendre l'ennemi qui, avec des forces

[ocr errors][merged small]

égales , détruirait toute l'armée en la prenant en détail, si l'amiral avait la maladresse de l'attendre au mouillage. o Dans ce premier mqment il ne voyait donc pas d'autre endroit pour l'escadre, que le mouillage d'Abouqyr; qui assurait au moins un abri contre les vents d'été , dont le fond était très-bon, et où il pourrait, à ce qu'il pensait, prendre une position militaire qui le mettrait à même de résister à l'attaque de l'ennemi.Alors il enverrait à Alexandrie, soit par le moyen des djermes ou des avisos, l'artillerie et les autres objets qu'il avait à bord des vaisseaux. $ « Je suis extrêmement contrarié par ce défaut de mouillage, écrivit Brueys à Bonaparte en lui transmettant tous ces détails, et mon chagrin serait au comble, si cela devait être une raison pour me séparer de vou9, n'ayant d'autre désir que de suivre votre sort en quelque qualité que ce soit. | Je vous prie d'être assuré que je serai toujours bien placé, pourvu que je sois placé auprès de vous; personne, j'ose vous l'assurer, ne vous étant plus sincèrement attaché. Ce sentiment est dû à l'homme qui a rendu d'aussi grands services à la France , et vous y avez ajouté, par vos bontés , celui de la reconnaissance ". » Dans la circonstance où se trouvait l'armée, il était indispensable de prendre des dispositions telles que l'escadre pût manoeuvrer, selon les

" Lettre à bord de l'Orient, du 14 messidor (2 juillet ).

événemens , et se trouver à l'abri des forces supérieures que les Anglais pourraient avoir dans " ces mers. Par cette considération , le général en chef ordonna que l'amiral Brueys ferait entrer dans la journée du 16, son escadre dans le PortVieux d'Alexandrie, si le temps le permettait, et s'il y avait le fond nécessaire; Que dans le cas contraire, il prendrait des mesures telles que, dans la journée du 16, il eût débarqué l'artillerie et autres effets de terre, ainsi que tous les individus qui composaient l'armée de terre, en gardant seulement cent hommes par vaisseau de guerre, et quarante par frégate , et en ayant soin qu'il ne s'y trouvât ni grenadiers ni carabiniers ; · • · Qu'il enverrait à terre Gantheaume , chef de l'état-major de l'escadre, pour présider lui-même à l'opération de la sonde du port, et dans le cas où il n'y aurait pas le fond nécessaire, pour accélérer le débarquement des individus et objets qui étaient à bord de l'escadre ; Que le Dubois et le Causse entreraient dans le ort ; Que le.chef de division Perrée, avec les deux galères, les bombardes, les différentes chaloupes canonnières et avisos, se rendrait dans le port d'Alexandrie, où le général en chef lui ferait passer des instructions pour seconder, avec ses forces, les opérations de l'armée de terre ; Que les citoyens Leroy et Wavasseur, avec les employés, officiers de la marine et tous les ouvriers que l'escadre pourrait fournir, · se ren· draient également à Alexandrie, pour y former un établissement maritime ; · • Que dans la journée du 16, l'amiral ferait connaître au général en chef, par un rapport, si l'escadre pouvait entrer dans le port d'Alexandrie, ou se défendre , embossée dans la rade d'Abouqyr, contre une escadre ennemie supérieure; que dans le cas où ni l'un ni l'autre ne pourraient s'exécuter, il devrait partir pour Corfou, l'artillerie débarquée, laissant à Alexandrie le Dubois, le Causse, tous les effets nécessaires pour les armer en guerre; la Diane, la Junon, l'Alceste, l'Arthémise, toute la flottille légère et toutes les frégates armées en flûtes, avec ce qui était nécessaire pour leur armement ; Que si l'ennemi paraissait avec des forces trèssupérieures, dans le cas où l'amiral ne pût entrer ni à Alexandrie ni à Abouqyr, la flotte se retirerait à Corfou *. Dès que Brueys eût reçu cet arrêté, il donna l'ordre au capitaine de frégate, Barré, qui déjà était occupé à faire des sondes à l'entrée du PortVieux, de rester au mouillage pour continuer ses opérations, l'invitant, dès qu'il aurait trouvé un passage propre à assurer l'entrée des vaisseaux, à en rendre compte au général en chef , et à expédier un aviso à Abouqyr, où l'armée allait prendre position. L'amiral donna l'assurance à ce capitaine, que des récompenses lui seraient ac

" Arrêté du général en chef, du 15 messidor.

« ZurückWeiter »