Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

ont par conséquent donné l'exemple de l'inə dépendance que nous professons. si Ombres superbes de Diderot , de J. J. Pousseau , d'Helvétius', de 'Voltaire et de Päynal ! nous n'avons point cessé d'admirer vos talens ; mais pardonnez à notre impiété, nous avons rendu vos vertus problématiques. . i Tant que saigneront les profondes bless şures qu'ouvrirent dans le corps politique les armes trempées dans votre esprit, vous serez à nos yeux les puissans génies du mal, et non plus les apôtres de l'humanité. i. !! * Au lieu de cette brillante auréole que dans notre jeunesse , séduite par les charmes de votre éloquence, nous avions imprudemment placée sur vos têtes, hélas ! nous ne voyons plus qu'une couronne de feu électrique', 'ardent et sombre , image de celui qui vous dé voroit, et qui, depuis, a dévoré notre pays.

Quand et comment s'éteindra be vaste incendie que vous allûmates ? Je l'ignore; mais s'il est reconnu que par tout les mêmes causes

produisent les mêmes effets , j'imagine que le premier soin des gouvernemens conservateurs, qui succéderont aux gouvernemens révolutionnaires , sera d'imposer un silence éternel à cette prétendue philosophie orgueilleuse , insolente et bavarde , qui , par ses téméraires évocations', déchaina sur la terre toutes les puissances de l'enfer.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

DIX - HUIT FRUCTIDOR;

. SES . CAUSES ET SES EFFETS...

CHAPITRE PREMIER..

Histoire du 18 fructidor, première journée.

....... alieni pæna timoris in nostra cervice sedet.

LUCANUS,

Je ne répéterai point ce que tout le monde sait aujourd'hui, c'est-à-dire , quelle indécente lutte prépara cette journée, et par quel misérable enchainement de circonstances on l'avoit rendue nécessaire. Mais je dois néan. moins rappeller quelques-uns des faits qui la, précédèrent, pour donner au récit qui va suivre la précision et la clarté dont il a besoin.

Depuis un mois, la majorité du directoire ne dissimuloit pas plus ses intentions que ses armemens,

Des troupes séduites , et des adresses séditieuses (1), arrivoient en même-tems, et de tous côtés, à Paris. - - - ---· Des affiches nombreuses , insolentes et populacières, protégées par la police de Sultin, avilissoient la représentation nationale quil s'agissoit incessamment de mutiler.

J.es députés les plus remarquables étoient tantôt désignés aux poignards des assassins, tantôtoutragés dans les pamphlets ministériels et dans les discours du citoyen Lareveillière.

En un mot, le directoire s'étoit mis en 'état de guerre ouverte contre le corps législatif..

Il avoit pour sa défense l'argent, les jacobins et les soldats.

(1) La singularité d'une de ces adresses, m'engage à la transcrire en note.

« Citoyens directeurs, de tous les animaux produits par le caprice de la nature , le plus vil est un roi ; le plus lâche un courtisan ; et le pire de tous un prêtre ».'. '.

«Si vous craignez les royalistes , appellez l'armée d’Italie; elle aura bientôt balayé les chouans, les royalistes et les anglais. Nous poursuivrons ces assassins jusques dans la garde-robe de Georges III , et nous ferons subir au club de Clichy le même sort qu'à celui de Raincy».

Signé, la 21°. brigade d'infanterie

stationnée à Mantoue.

[ocr errors][ocr errors]

garda

« ZurückWeiter »