Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

vent: M. Schanz a consacré une partie de l'année 1878 à collationner à nouveau ce précieux parchemin, en donnant la plus grande attention à la recherche de la première main souvent cachée sous des grattages et corrections d'époques diverses.

L'excellent aristotelicien de Greifswald, M. SUSEMIHL, va mettre sous presse une édition de l'Ethique d'Aristote à Nicomaque, qui doit figurer dans la Bibliotheca Teubneriana. Son manuscrit est à peu près achevé.

Un privat-docent de l'Université de Leipzig, M. Théodore PUSCHMANN, chargé du cours de l'histoire de la médecine, vient de publier le second volume de son édition et de sa traduction d'Alexandre de Tralles (Alexander von Tralles, Originaltext und Uebersetzung nebst einer einleitenden Abhandlung, ein Beitrag zur Geschichte der Medicin, Wien, Braumüller); il annonce un troisième volume (Nachtræge zu Alexander von Tralles) qui renfermera les écrits apocryphes, entre autres, les chapitres de Philumenus et de Philagrius sur les maladies du basventre (non pas dans le grec forgé par Winter, mais en latin et d'après un manuscrit du ixe siècle que l'auteur a consulté au Mont-Cassin).

– Il paraît, sous la direction d'un professeur de Breslau, M. GIERKE, une collection d'études et de dissertations relatives à l'histoire de l'état et du droit en Allemagne (Untersuchungen zur deutschen Staats-und Rechtsgeschichte. Breslau, Kæbner). Cette collection comprend des travaux qui n'ont pu, à cause de leur étendue, paraître dans les revues spéciales ; elle a pour but d'unir plus étroitement les historiens et les juristes; le nom de l'éminent professeur qui dirige cette publication, indique assez le caractère strictement scientifique de l'entreprise. Deux ouvrages ont déjà paru; l'un, de M. George Winter, sur « l'histoire du conseil de Strasbourg depuis ses premières traces jusqu'au statut de 1263, » (Geschichte des Rathes in Strassburg von seinen ersten Spuren bis zum Statut von 1263); l'autre, de M. Ignace JASTROW, sur la situation des esclaves dans les lois criminelles des Allemands et des Anglo-Saxons (Zur strafrechtlichen Stellung der Sclaven bei Deutschen und Angelsachsen).

On annonce de Vienne la prochaine publication d'une revue, qui sera pour l'Autriche ce qu'est pour la France la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes ; elle aura pour titre : Mittheilungen des Instituts für æsterreichische Geschichtsforschung in Wien, et paraîtra chaque trimestre (à Innsbruck, chez Wagner); elle est entièrement consacrée aux études et aux recherches historiques (à l'exclusion de l'antiquité), mais sans se borner à l'Autriche;. elle accepte la collaboration de savants étrangers. Le directeur de la nouvelle revue est M. Ch. Foltz, assisté des professeurs Sickel, THAUSING et LEISSBERG. Le premier numéro renfermera des articles sur la littérature historique de la Bohême et de la Hongrie,

Nous avons entretenu nos lecteurs d'une collection intitulée « Recherches sur les sciences politiques et sociales » (Staats und Socialwissenschaftliche Forschungen), dirigée par M. SCHMOLLER. (Leipzig, Duncker u. Humblot. Cp. Chronique, no 21, p. 391). Le troisième volume de cette collection a paru; il est dû à M. LAMPRECHT et a pour titre : « Contributions à l'histoire de la vie économique en France au xio siècle » (Beitræge zur Geschichte des franzæsischen Wirthschaftslebens im Xien Jahrhundert).

- La librairie Max Niemeyer (Halle) a fait paraître un nouveau volume de sa collection des u Réimpressions d'ouvrages allemands du xvie et du xvue siècle » (cp. Chro nique, n° 15, p. 284). Ce volume est intitulé u Auserlesene Gedichte deutscher Poeten, gesammelt von Julius Wilhelm Zinkgref. 1624. » (in-8°, 65 pages). On sait qu'en 1624 Zinkgref, alors interprète de l'ambassade française, publia à Strasbourg, à la suite de la première édition des euvres d'Opitz, un Appendice, renfermant les œuvres

[ocr errors]

d'autres poètes allemands (Anhang unterschiedlicher ausgesuchter Gedichte anderer mehr teutschen Poeten). Ces poésies étaient au nombre de 51; 22 appartenaient à Zinkgref même, les autres à différents poètes ; à l'exception d'une pièce de Zinkgref et de huit pièces de Weckerlin, elles n'ont été imprimées qu'une fois, dans l'édition d'Opitz donnée par Zinkgref. Cette édition étant très rare, il faut remercier M. BRAUNE d'avoir admis l’Appendice dans la collection qu'il dirige avec tant de goût et de savoir.

Nous avons reçu de M. Arnold SchwFer une brochure de 42 pages où il a réuni les deux articles importants qu'il a publiés dans l'Historische Zeitschrift (vol. VI) sur les Mémoires de Bernis édités par M. Fr. Masson et sur le Secret du roi de M. le duc de Broglie : cette brochure qui a pour titre « Zur Geschichte Frankreichs in der Zeit Ludwig's XV », sera lue avec intérêt et profit par tous ceux qui étudient l'histoire du XVIII° siècle.

On annonce la mort de M. M. J. SAVELSBERG; on connaît ses nombreux articles dans le Rheinisches Museum für Philologie et dans les journaux de Hæfer, de Kuhn, de Fleckeisen, son travail De digammo ejusque immutationibus, ses Umbrische Studien; ses Beitræge zur Entzifferung der lykischen Sprachdenkmæler;.

de M. Hermann Unde qui avait publié Erinnerungen und Leben der Malerin Luise Seidler; H. A. O. Reichards Memoiren; Briefwechsel zwischen Goethe und Soret ; Schmidt, Schauspieler und Schauspieldirector, Denkwürdigkeiten; Goethe, Quandt und der sæchsische Kunstverein; Das Hamburger Stadttheater, etc.; de M. WANDER, auteur d'un Dictionnaire des proverbes allemands. (Deutsches Sprichworter-Lexicon); – de M. Charles ROSENKRANZ, l'éminent professeur de l'Université de Königsberg, auteur de nombreux ouvrages sur la philosophie de Hegel et sur la littérature française du xviir siècle.

Le Literaturblatt, dirigé par M. A. EDLINGER et publié par l'éditeur Klinckhardt, à Vienne, cesse de paraître.

ANGLETERRE. La librairie Macmillan va faire paraître un choix de poésies anglaises, intitulées « The English Poets, Selections with critical Introductions; » c'est M. J. M. WARD qui est chargé de cette publication; l'ouvrage ira de Chaucer à Lindor et Clough et comprendra 4 volumes in-8°; l'introduction générale sera écrite par M. Matthew ARNOLD; on nomme comme collaborateurs le doyen de Saint-Paul, le doyen de Westminster, H. Taylor, Stopford Brooke, W. Skeat, etc.

La même librairie publiera bientôt un volume de M. Samuel BAKER sur l'île de Chypre (Cyprus as I saw it in 1879) et un autre de M. Loftie sur l’Egypte (A Ride in Egypt), qui renfermera de nombreux dessins de l'auteur et une copie littérale de la fameuse Table d'Abydos. - Parmi les éditions des Classical series, qui paraîtront prochainement, on signale le Phormion de Térence, p. p. MM. Bond et WalPoLE; les Captifs de Plaute, p. P. M. TYRRELL; le II° et le IIIlivre de l'Enéide (récit d'Enée), p. p. M. Howson, et

Les éditeurs MacLACHLAN et STEWART doivent faire paraître, dans un bref délai, les Practical Lessons in Gaelic de M. MACPHERSON (Edimbourg); ce livre est spécialement destiné aux étudiants anglais (for englishspeaking Students). A la même librairie paraîtra prochainement une réimpression du Dictionnaire gaélique de MM. MACLEOD et DEWAR.

– M. H. W. TURNER, qui a récemment publié un inventaire complet des chartes et rôles conservés à la Bodléienne d'Oxford, prépare un livre sur l'histoire d'Oxford de Henri VIII à Elisabeth. (Selections from the Records of the City of Oxford with Extracts from other Documents illustrating its Municipal History, Henry VIII to Elizabeth 1509-1603.)

Le Hunterian Club a mis en distribution les livres suivants : Reply to Stephen Gosson's Schoole of Abuse de Thomas Lodge (1580 ?), An Alarum Against Vsurers (1584), Wits Miserie (1596), et la Ve partie du Bannatyne. MS. (1568); M. E. W. Gosse doit écrire pour l'association un essai de critique sur Thomas Lodge et ses

cuvres.

Un des derniers éditeurs du Mucedorus, M. L. PROESCHOLDT, collationne dans les bibliothèques d'Angleterre les premières éditions du « Faire Em and the Schoemaker's Holiday », qu'il se propose de publier en Allemagne.

On annonce la publication des deux ouvrages qui ont obtenu le prix offert par le congrès international des orientalistes tenu à Florence en 1878; l'un de ces ouvrages, dů à PandIT MAHADEVA MORESHVAR KUNTE, a pour titre a The Vicissitudes of Aryan Civilisation in India »; l'autre est un essai de M. ZIMMER, « Altindisches Leben, die Cultur der Vedischen Arier, nach den Samhitas dargestellt » - M. OlDENBERG est sur le point de publier le premier volume du Vinayapitaka, contenant le Mahâvagga, (Williams et Norgate) et une traduction anglaise du même texte, qu'il a entreprise en collaboration avec M. Rhys Davids, et qui paraîtra dans la collection des Sacred Books of the East; il annonce aussi une édition, avec traduction anglaise, du Dipavamsa. Parmi d'autres volumes, faisant partie de la collection dirigée par M. Max Müller, « The Sacred Books of the East », et destinés à paraître l'année prochaine, signalons le Vendidad, traduit par M. James DARMESTETER, notre collaborateur; le Bundahis, trad. par M. E. W. West; le Bhagavad Gita, trad. par M. K. T. TELANG. La Clarendon Press, qui imprime les volumes de cette collection, publiera bientôt le texte syriaque du Kalila v. Dimna, édité par M. W. WRIGHT, de Cambridge, d'après l'unique manuscrit de Dublin.

– L'important ouvrage de M. Seeley sur le baron de Stein et l'Allemagne au temps de Napoléon (er (Life and Times of Stein) paraîtra dans l'édition Tauchnitz.

DANEMARK. Archimède a trouvé enfin un éditeur qui n'est pas seulement un mathématicien, mais avant tout un philologue. On peut espérer de lire, dans quelques années, un texte d’Archimède aussi correct que le permet l'état des manuscrits. Un jeune docteur de l'Université de Copenhague, J.-E. HEIBERG, vient de faire parai. tre un petit volume intitulé Quaestiones Archimedeae, 200 pages, in-8, qui contient à la fois une notice très-complète sur l'illustre mathématicien de Syracuse et une discussion critique qui établit les vraies bases de la constitution du texte. Comme spécimen de la future édition, M. Heiberg joint à son étude le texte critique du petit traité d'Archimède Yajupons ou Du nombre des grains de sable.

Nous avons, dans notre dernière Chronique, parlé à nos lecteurs d'une étude remarquable de M. George Brandes sur Søren Kierkegaard, traduite récemment en allemand (Leipzig, Barth). A l'occasion de cette publication, M. BÆRTHOLD, qui avait déjà traduit l'Exercice au christianisme de Kierkegaard, a fait paraître un opuscule sur « la valeur des écrits esthétiques » de l'écrivain danois (Die Bedeutung der aesthetischen Schriften Søren Kierkegaards, mit Bezug auf Brandes' Særen Kierkegaard. Halle, Fricke. 47 p.) : M. Bærthold combat les conclusions de George Brandes.

- Un historien distingué, M. Frederik Winkel Horn, qui a publié l'an dernier un essai intéressant sur le littérateur Peder Syv, son compatriote (Peder Syv, en literarhistorisk Studie. Copenhague), avait traduit en 1876 l'histoire universelle de la littérature de Johannes Scherr, en donnant au chapitre qui concerne la littérature scandinave (II• vol., p. 258-492) de plus grands développements. M. Horn a résolu de mettre à la portée du public allemand cette histoire de la littérature scandinave. Cet ouvrage (en allemand) paraît à Leipzig, chez Schlicke, sous le titre « Geschichte der Literatur des skandinavischen Nordens von den æltesten Zeiten bis auf die Gegenwart »; il comprendra cinq livraisons; la première qui vient de paraître (80 pages; prix : I mark 80 ou 2 fr. 25) est consacrée à la littérature de P'Islande.

- L'invitation à la fête célébrée, le 8 avril de chaque année, par l'Université de Copenhague en l'honneur de la naissance du roi, contient les prémices du grand ouvrage que J.-N. Madvig publiera prochainement, en double édition danoise et allemande, sur l'organisation et l'administration de la République et de l'Empire romain (jusqu'à la fin du second siècle de notre ère). Le chapitre détaché que M. Madvig vient de publier (en danois) traite de quelques points particuliers du droit pénal de la République; il est plus développé que ne le sera le chapitre correspondant dans l'ouvrage d'ensemble. Quant au genre de la future publication, M. Madvig nous prévient qu'elle intéressera le lecteur non philologue aussi bien que le a philologue qui a médité et possède quelque expérience de la vie ».

Les 4, 5 et 6 du mois de juin, l'Université de Copenhague a célébré le quatre centième anniversaire de sa fondation. L'éclat de la cérémonie a été rehaussé par la présence de S. A. le prince royal. Ces fêtes, on l'a remarqué naguère à Upsal, mettent en relief l’union intime qui existe, dans les pays scandinaves, entre l'Université, le gouvernement et le peuple : l'Université, c'est le cæur de la nation. Le rector magnificus, J.-N. Madvig, a présidé les solennités, et prononcé des discours fort applaudis (surtout le discours du 4 juin à l'église de Notre-Dame, sur le rôle de l'Université qui, depuis quatre siècles, élève graduellement le niveau moral et intellectuel de la patrie). A cette occcasion, M. Madvig a reçu de son souverain et des pays étrangers, les plus hautes marques de distinction : le roi de Danemark l'a créé chevalier de l'ordre de l'Eléphant; et le président de la République française lui a envoyé la croix de grand officier de la Légion d'honneur. Bien que la fête, pour des raisons politiques, ait gardé un caractère strictement national et qu'on n'ait pas invité officiellement les universités et les grands corps d'enseignement supérieur de l'étranger, Copenhague a vu affluer les députations et les adresses de félicitations. De Suede, de Norvège, de Finlande, professeurs et étudiants avaient envoyé des représentants; Moscou, Leyde, Lemberg, et d'autres universités avaient témoigné de leur sympathie pour l'Université danoise par des adresses ou des écrits de circonstances, arrivés dès le premier jour de la fête; Tubingue et Heidelberg ont suivi cet exemple. Il est impossible de citer tous les noms : le recteur magnifique a dû y renoncer, et, dans son discours au grand dîner du Casino, en exprimant la reconnaissance de l'Université, a mentionné seulement le télégramme de notre ministre de I'Instruction publique qui complimentait l'Université de Copenhague, personnellement en sa qualité de grand-maître de l'Université, puis au nom du Collège de France, de la Sorbonne, de l'Ecole normale supérieure, de l'école des Hautes-Etudes, etc. La Société pour l'étude des questions d'enseignement supérieur avait aussi envoyé ses félicitations, et M. Ch. Graux, un volume intitulé Notices sommaires des manuscrits grecs de la grande Bibliothèque royale de Copenhague (XVI-104 pages, avec 4 reproductions par l'héliogravure et 3 bois), que l'Imprimerie nationale avait pu, par un prodige d'activité et d'adresse, imprimer très correctement en trois semaines, Les journaux de Copenhague ont exprimé l'émotion qu'avaient inspirée ces souvenirs venus de France. Mais c'est en Danemark même, comme il était naturel, quatrième centenaire de l'Université de Copenhague a fait naître le plus grand nombre d'ouvrages. Chacune des cing Facultés (théologie, droit, médecine, lettres, sciences, a tenu à honneur d'offrir à l'Université le Festskrift d'usage; trois d'entre elles (médecine, lettres, sciences) ont offert des volumes de mélanges, issus de la collabo

que le

ration de plusieurs professeurs. Le volume de la Faculté des Lettres intéressera les lecteurs de la Revue critique; il renferme : 1° Une étude de M. J.-L. Ussing, l'éditeur de Plaute et l'archéologue bien connu, sur l’Eglise de Ledese en Sélande et les chapelles doubles de l'Allemagne (c'est-à-dire les églises à deux étages qui communiquent par une ouverture pratiquée dans le plancher, de sorte qu'on assiste en bas à la messe que le prêtre dit en haut: mode fréquente dans les chapelles des châteaux du moyen âge en Allemagne); 2° Problèmes philosophiques fondamentaux, par M. R. Nielsen (problème de la connaissance, problème de la réalité, etc.); 3. Les vues de Holberg (le grand auteur comique du Danemark) en administration et en politique, par M. E. Holm. Des promotions solennelles de docteurs ont eu lieu à l'occasion de la fête. Parmi les écrits qui ont mérité ce grade à leurs auteurs, nous citerons une étude considérable de M. Ch. L. Nielsen, curé de Rudkjøbing, sur Apollonius de Tyane et sa biographie par Philostrate, avec une traduction en danois de la réponse d'Eusébe à Hiéroclès à propos de sa comparaison d'Apollonius avec Jésus-Christ (Apollonios fra Tyana, etc. Copenhague, 219 pages, in-89). Mentionnons enfin l'hommage qu'a rendu à l'Université la grande bibliothèque royale de Copenhague, par l'organe de son éminent administrateur. On sait que M. G. Paris avait, en 1877, attiré l'attention du monde savant sur un fragment manuscrit, alors conservé à Angers, de Saxo Grammaticus, le vieil historien national du Danemark. Ce manuscrit, entré depuis à la bibliothèque de Copenhague par voie d'échange, avait été reproduit l'an passé en fac-similé photographique dans les Mémoires de l'Académie danoise. M, Ch. BRUUN a donné, sous le titre Angersfragmentet af et Haandskrift af Saxo Grammaticus, med en Indledning (48 pages, in-8'), une transcription imprimée en caractères ordinaires, de ce précieux fragment, avec une introduction où il établit que les additions marginales et interlinéaires de l'original ont dû être écrites, sinon de la propre main, au moins sous la dictée de Saxo.

HOLLANDE. Un pasteur de Leyde, M. Christian SEPP, qui s'occupe avec MM. Janssen, Moll et d'autres, de l'histoire des sectes religieuses des Pays-Bas, à l'époque de la Réforme, vient de retracer dans un ouvrage intéressant la vie et les travaux des trois réformateurs Albada, Taffin et Overd’haghe. (Drie Evangeliedienaren uit den tijd der Hervorming. Leyde, Brill.) Le Frison Agge van Albada a joué un certain rôle en 1579, durant les négociations de Cologne. Le Tournaisien Jean Taffin, secrétaire-bibliothécaire du cardinal Granvelle, puis pasteur calviniste en diverses villes, et à la cour du Taciturne, avait pris pour devise a A Dieu ta vie, en Dieu ta fin »; parmi ses écrits, on remarque un Traité de l'amendement de la vie, et un Responsum au comte Jean de Nassau, et parmi ses lettres, celles qu'il adressa au philologue Stephanus Pighius (Steven Wynants). Quant au Gantois Pierre de Zuttere, dit Overd'haghe, il a, malgré la persécution, courageusement défendu la liberté religieuse dans une suite de brochures que M. Sepp analyse avec soin.

Dans un livre intitulé « Souvenirs de l'Afrique du Sud » (Herinneringen uit Zuid Afrika ten tijde der Annexatie van de Transvaal. Leyde, Brill), M. TROMP raconte les impressions de son séjour dans l'ancienne république du Transvaal (18 août 1876—6 novembre 1877); il a été le secrétaire intime du président Burgers et donne des détails très curieux sur l'annexion du Transvaal à l'Angleterre.

Sous ce titre « l'Historiographie romaine dans ses rapports avec le caractère romain » (de romeinsche historiographie in haar verband met het romeinsche karakter. Amsterdam, Müller), M. VALETON, professeur d'histoire ancienne et d'antiquités romaines, a publié sa leçon d'ouverture à l'Université d'Amsterdam.

On lit dans la Gazette d'Augsbourg que M. James Geddes, l'auteur de l'His

« ZurückWeiter »