Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

de la Suisse, et l'on doit savoir gré à M. Favre d'avoir appliqué les ressources de son érudition et la sagacité de sa critique à les éclaircir. Si brève qu'elle soit, son étude ne laisse rien ignorer, ni des faits, ni des intérêts qui les ont produits.

Il attribue à trois causes cette première extension de la Confédération : 1° à la résistance des landgemeinden aux entreprises des princes, qui cherchaient à étendre leurs droits de souveraineté; ce qui amena l'alliance des trois Waldstetten et poussa Glaris à se joindre à la ligue; 2° à la propension d'une ville à faire prévaloir ses droits sur ceux du seigneur : ce qui détermina Lucerne à entrer dans l'alliance; 3° aux intérêts particuliers qui décidèrent de l'adhésion de Zurich et de Berne. Dans chacune de ces luttes, l'ennemi commun était l'Autriche; aussi, tant que l'Empire germanique fut entre les mains de ses compétiteurs, l'autorité impériale se montra favorable à l'émancipation des cantons, et quand, en 1438, par l'élection d'Albert II, le sceptre de Charlemagne revint aux Habsbourg, il était trop tard pour défaire le faisceau que le temps avait consacré. Ce surent les discordes religieuses, qui firent perdre à la Confédération, et pour ne plus la recouvrer, la force d'expansion et d'attraction dont elle était douée dans le principe.

Nous n'avons que peu de critiques à faire à l'auteur de ce travail. Dans son introduction, il se plaint de la difficulté qu'il y a à rendre en français les expressions techniques fournies par les chartes allemandes, que chacun traduit différemment. Pour y remédier, il propose de convenir d'une terminologie commune. Nous ne pouvons que nous ranger à cet avis; mais M. F. ne contrevient-il pas tout le premier à cette règle, en qualifiant toujours de biens-fonds les possessions des Habsbourg en Suisse? Pourquoi ne pas désigner comme francs-alleux les domaines patrimoniaux de leur famille, restés en dehors du régime féodal? Il eût été d'autant plus nécessaire de ne pas les appeler biens-fonds, que, pour un profane, cette expression peut donner le change sur la nature des droits que le franc-alleu conférait à son possesseur.

Dans la seconde des deux pièces justificatives qu'il a jointes à son travail, M. Favre fait de l'officier qui a dressé l'acte un ammann de Ferrette. Cela ne peut être que l'effet d'une fausse leçon. Il y a eu, de 1350 à 1358, un Ferrette grand bailli autrichien du Sundgau et qui s'appelait de son prénom Ulmann, dérivé d'Ulrich. Evidemment celui qui a transcrit la charte a lu à tort ammann pour Ulmann ".

a

X. MOSSMANN.

114. Soldat, moine et maitre de danse. ou mémoires d’un Alsacien

du XVIII° siècle, par Rodolphe Reuss. Strasbourg, 1878, in-12 de 46 p. - Les tribulations d'un maitre d’école de la Robertsau pendant la Revolation, par le même. Strasbourg. 1879, in-12 de 40 p. Les deux opuscules de M. R. Reuss, extraits des Affiches de Stras

1. Pourquoi M. Favre donne-t-il le genre féminin à des noms de villes, comme Zurich, Berne, Lucerne?

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

452

REVUE CRITIQUE D'HISTOIRE ET DE LITTÉRATURE bourg, sont également intéressants. Le premier de ces opuscules est une analyse très bien faite des Mémoires de Jean Balthazar Schaeffer, né à Ribeauvillé, le 4 novembre 1684, « dont la carrière présente des vicissitudes étranges, et dont les aventures jettent un jour curieux sur l'état religieux et moral » de l'Alsace au xviro siècle. Une premiêre édition de ces Mémoires fut publiée, en 1740, à Meiningen, par l'auteur lui-même. Il n'en restait aucune trace quand un petit-fils de J.-A. Schaeffer en fit paraître une édition nouvelle, a Iéna, en 1791 (78 p. in-12). Le livret resta tellement peu connu de ce côté-ci du Rhin, que jamais il n'a figuré dans un catalogue d'alsatiques et que jamais bibliographe alsacien n'en a parlé. M. R. serait même tenté de croire que la Bibliothèque municipale, dont il est le conservateur, possède en ce petit volume un exemplaire unique. Félicitons-en la bibliothèque et nous-mêmes, car nous devons à cette épave une lecture des plus attachantes. M. R. qui joint beaucoup d'esprit à beaucoup de savoir, raconte avec une bonne humeur et une verve charmantes les mille incidents de la vie de son héros. Mais, comme on le pense bien, il instruit son lecteur en l'amusant, et il faut lui savoir gré d'avoir prouvé, par sa vive et entraînante analyse, que « le livre de l'histoire n'est point tout entier le livre des Rois », que « l'étude des classes inférieures et moyennes donne, en défini. tive, un tableau plus exact d'une époque que celle de quelques individualités privilégiées », et que l'on a trop négligé jusqu'à ce jour les rares récits d'autrefois qui nous entretiennent « de la vie des humbles et des petits », et nous permettent « de pénétrer plus avant dans leur histoire intime ».

Le second opuscule de M. R. est composé à l'aide de document inédits relatifs à l'instruction publique en Alsace, réunis autrefois par M. Ch. Bærsch et donnés par sa famille à la Bibliothèque municipale de Strasbourg. C'est le récit minutieusement fidèle d'un épisode de cette histoire du Directoire en province, qui est encore presque partout à écrire. Les tribulations de Jean-Martin Schwerer, persécuté par l'administration directoriale, uniquement à cause de ses sentiments religieux, sont décrites par M. Reuss avec sympathie. Elles lui fournissent l'occasion de tenir ce noble et généreux langage auquel on ne saurait trop applaudir, auquel, pour ma part, j'applaudis de tout mon cæur (p. 40) : « Il s'en dégage [du résumé du dossier du malheureux Schwerer) une moralité qui n'est pas seulement d'un jour, mais qui reste toujours la même et qu'on ne doit point se lasser de proclamer sans cesse : c'est que la liberté véritable ne se maintient que grâce à la liberté de tous, et que celui qui ne sait point respecter celle des autres n'est point digne encore de la posséder lui-même ».

T. de L. N° du 24 mai, Chronique, page 390, ligne 11 lire « signe par signe ».

Le Propriétaire-Gérant : ERNEST LEROUX.

Erratum.

Le Puy, typ. et lith, Marchessou fils, boulevard Saint-Laurent, 23.

[ocr errors]
[ocr errors]

Gerold. (Cp.notre Chronique n° 23.) -SCHNEDERMANN, die Controverse des Ludovicus Cappellus mit den Buxtorfen. Leipzig, Hinrichs. (Cp. un prochain numéro de la Revue critique.) – Rzach, grammatische Studien zu Apollonios Rhodios. Wien, Gerold. 1878 (Dissertation trèssoignée qui complète les recherches de Merkel.) - HARDER, Index Lucilianus. Berlin, Reimer. 1878. (Bon.) - LEXER, mittelhochdeutsches Wörterbuch. Leipzig, Hirzel. 1878. (Article sur la fin de cette grande entreprise.)

The Princeton Review, may 1879 : PORTER, Force, Law and Design. HAMERTON, Continental Painting at Paris in 1878. – GILDERSLEEVE, University Work in America. - STEWART, Science and a future State. PATTON, The final philosophy. - Cave, The critical estimate of mosaism. — Bowen, The idea of Cause. — ARNOLD, a plea for free trade. - ATWATER, The supremacy of conscience and of revelation.

L'Athenaeum belge, n° 11, 1or juin 1879: Bonet-Maury, Gerard de Groote. Paris, Fischbacher. (Cp. Revue critique, le présent numéro.) - RousSET, la conquête d'Alger. Paris, Plon. (Henrard: le livre est un morceau d'histoire, mais non un livre complet; on n'entre pas assez avant dans le récit de l'action diplomatique ; trop peu de détails sur les préparatifs qui ne durerent pas moins de dix-huit mois; peu de pages vivantes, empruntées à la correspondance de Bourmont, Marmont, Duperré, etc.) – MICHELET, Le Banquet, Paris, Calmann Lévy, (Cp. Revue critique, n° 23, art. 100). — Lettres parisiennes. (Bigot : annonce une Histoire du peuple d'Israël, par M. LEDRAIN (Paris, Lemerre). - La Bibliothèque de Sebastiano Bagolino et l’Hortensius de Cicéron en 1597.

Rassegna Settimanale, n° 73, 25 mai 1879 : BERTOLOTTI, La schiavitù privata durante il secolo xvii in Roma. (Documents qui prouvent que l'église romaine, méconnaissant les doctrines de l'Evangile, a maintenu l'esclavage durant quelques siècles ».) – G. de Castro, La guerra per la successione in Spagna, e la poesia populare milanese. (Chansons populaires composées à Milan, p. e. sur la défaite de Villeroi à Crémone, sur la levée du siège de Turin, etc.) – Le isole Lieu-Kieu (Nocentini : îles occupées par le Japon.) - A. DE GUBERNATIS, Dizionario biografico degli scrittori contemporanei ornato di oltre 300 ritratti. Firenze, Le Monnier. Fascicoli 1-2, A-BAC, BAC-BON. (Manque de proportions; parmi les Italiens, on trouve cités dans ce dictionnaire des gens qui n'ont composé que deux ou trois articles de journaux, qui n'ont « rien fait » ; trop d'importance et trop d'espace accordés à certaines personnes.) – Rosa, etymologie asinine. "Torino. (Etymologie des mots qui signifient «âne » dans les langues néo-latines; beaucoup d'inexpérience dans les questions phonétiques.)

N° 74, jer juin 1879: Un amico di Lord Byron (article de Henry James dans le North American Review, traduit en italien; à propos du « Memoir of the Rev. Francis Hodgson, with numerous letters from lord Byron and others. » Londres, Macmillan). Ancora dei seminari.

Bibliografia : DARDIER, Michel Servet, d'après ses plus récents biographes (analyse d'un article de la Revue historique du jer mai); AMBROSI, profili di una storia degli scrittori e artisti Trentini. Borgo, Marchetto.

Rivista Europea, Rivista internazionale, fasc. 11, vol. XIII, 16 mai 1879 : RONDANI, L'arte italiana a Parigi. – De CAGNO-POLITI, Pensieri critici intorno alla filosofia positiva a proposito della dottrina dell'evoluzione. I. Organismo della filosofia positiva del prof. De DOMENICIS. – Coppi, Le università italiane nel medio evo, cenni storici. — Rassegna letteraria : Olanda : riviste.' – Inghilterra : siviste. Francia : Notes de Sismondi sur l'Empire et les Cent-Jours publiées par VILLARI. (Extrait de la Revue historique.)

[ocr errors]

[ocr errors]

(Suite du Catalogue)

Surya-Siddhanta, a text book of Hindu astronomy, translation with notes and appendix by Eben. Burgess. New-Haven. 1860, in-8.

18 » Grammar of the modern Syriac language, as spoken in Oroomiah, Persia, and in Koordistan, by Rev. D. T. Stoddard.

In-8.

10

SOCIÉTÉ PHILOLOGIQUE.

125 »

[ocr errors]
[ocr errors]

Actes de la société Philologique. Tomes I à VII, in-8.
SOMMAIRE : Tome I. – 1. H. de Charencey: Recherches sur les noms d'animaux domestiques,

de plantes cultivées et de métaux chez les Basques. (Epuisé.)
2. Halévy: Lettre à M. d'Abbadie sur l'origine asiatique des langues du Nord de l'Afrique.

(Epuisé.) 3. H. de Charencey. Essai de déchiffrement d'un fragment d'inscription palenquéenne 4. D'Avezac. Deux bluettes étymologiques. - A. d'Abbadie. Notice sur les langues de Kam.

- Cantique en langue algonquine. (Epuisé.) 5. Procès-verbaux des séances. (Epuisé.) Tome II. - Le mythe de Votan, étude sur les origines asiatiques de la civilisation américaine.

4 Tome III. – 1. Recherches sur la flore Aino, par H. de Charencey.

3, 2. Fragments de Chrestomathie algonquine.

3 50 3. Etudes de grammaire comparée. L'S causatif et le thème N dans les langues de Sem et de Cham, par V. Ancessi.

5. 4. Essai sur la langue Agaou (le dialecte des Falachas), par J. Halévy. (Epuise.) 5. De quelques idées symboliques se rattachant au nom des douze fils de Jacob, par H. de

Charencey. 6. Etude de l'anglais parlé aux Etats-Unis, par G. Barringer. – Procès-verbaux des séances.

(Epuisé.) Tome IV. – 1. La loi fondamentale de la formation trilittére. - Les adformantes dans les langues sémitiques, par V. Ancessi.

50 2. Etude sur la langue basquc, par Duvoisin. (Epuisé.) 3. 4. Etudes de grammaire comparée. Le thème M dans les langues de Sem et de Cham, par

V. Ancessi.
5. Le Buddhisme, par Ch. Schobel. (Epuisé.)
6. Notice sur le communisme dans l'empire des Incas, par Ch. Wiener. – L'oraison domini-

cale, texte algonquin avec glose, par M. N. O. La salutation angélique, texte algonquin,
avec glose. Les étendards des Douze Tribus d'Israël, par Nommés. De l'Eden, par

Nommés. Du char ou Thrône divin, par P. Nommés. (Epuisé.)
7. Mythologie et légendes des Esquimaux du Groënland. (Epuisé.)
8. Notice sur le Brésil, par Ch. Wiener. (Epuisé.)
9. Bulletin bibliographique, par Schwab et Barringer. Table méthodique. Procès-verbaux.

(Epuisé.) Tome V. - - 1. Mélanges altaiques, par Ch. Eug. de Ujfalvy de Mezce-Keevesd.

5. 2. Djemschid et Quetzalcohuatl. L'histoire légendaire de la Nouvelle Espagne, rapprochée de la source indo-européenne.

2 50 3. Monuments littéraires de l'Espagne, par Schwab. Fragment de chrestomathie algonquine,

par N. 0. - Sur l'importance de la voyelle i dans les suffixes des langues ougro-finnoi

ses, par Ch. E. de Ujfalvy. (Epuisé.) 4. Traité avec l'éditeur. Statuts de la Société. Liste des Membres. Procès-verbaux.

Bulletin Bibliographique. Fascicules complémentaires :

1. Le Kalévala, épopée finnoise, traduit sur l'original, par Ch. E. de Ujfalvy. Livraison 1. 2. Statuts de la Société philologique.

. 50 Tome VI. - 1. Principes de phonétique dans la langue finnoise, par Ch. E. de Ujfalvy. S. 2. Un vers d'Aristophane. Texte persan de la comédie : Les Acharniens, expliqué par Ladislas

Chodzkiewicz

2 50

3 50

2 50

Le Puy, imprimerie et lithographie Marchessou fils, boulevard St-Laurent, 23.

REVUE CRITIQUE

D'HISTOIRE ET DE LITTÉRATURE

RECUEIL HEBDOMADAIRE PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION
DE MM. G. MONOD ET G. PARIS

.

Secrétaire de la rédaction : M. A. CHUQUET

Un an, Paris, 20 fr.

Prix d'abonnement :

Départements, 22 fr.

Étranger, 25 fr.

PARIS
ERNEST LEROUX, ÉDITEUR

LIBRAIRE DE LA SOCIÉTÉ ASIATIQUE
DE L'ÉCOLE DES LANGUES ORIENTALES VIVANTES, ETC.

28, RUE BONAPARTE, 28

Adresser les communications concernant la rédaction à M. A. CHUQUET

(Au bureau de la Revue : rue Bonaparte, 28).

ERNEST LEROUX, ÉDITEUR, RUE BONAPARTE, 28.

(Suite du Catalogue

3. Observations sur le basque de Fontarabie, d'Irun, etc., par le prince L. L. Bonaparte. 3 50 4. Notes pour servir de point de départ à la formation d'un vocabulaire des idiomes parlés par

les indigènes de la Nouvelle-Calédonie. – Récit en algonquin. – Procès-verbaux. 3 50 Fascicule complémentaire : - L'authenticité du Saint-Sépulcre et le tombeau de Joseph d'Arimathie, par Ch. Clermont-Ganneau, avec fig.

2 50 Tome VII. – 1. Traité sur l'accentuation chez les Syriens orientaux, avec texte syriaque, par l'abbé Martin.

5 = 2. L'Art égyptien au Trocadéro. 1879, in-8, illustré.

5 3. Remarques sur certaines notes, certaines observations et certaines corrections, dont M. J.

Vinson a accompagné l'essai sur la langue basque, par F. Ribary, par le prince L: L.
Bonaparte.

3 50 4. Oppert. Chronologie de la Genèse. Notes sur certaines remarques de M. A. Luchaire, par

le prince L. L. Bonaparte. Le substantif latin Clypeus, par Ch. de Bielke. . G. Bertin. Sur les tables engubines.

3 50 5. Des points voyelles dans les langues sémitiques, par Schwab. Procès-verbaux des séan

3 50 Tome VIII et tome IX (Sous presse).

ces.

[ocr errors]

Soldi (Emile). L'art ct ses procédés depuis l'antiquité. - I. La sculpture égyptienne. Illustré de nombreuses gravures. 1876, un beau volume, in-8.petai puikiayptienne - Le même sur papier vergé de Hollande.

15 Mention honorable à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Concours L. Fould. – II. L'orfévrerie, la bijouterie et le travail des métaux chez les Grecs et les Ro

mains. Un beau' vol. in-8, illustré. (Sous-presse.) - III. L'art américain. Sculpture, céramique, orfévrerie. (En préparation.) – IV. Les terres cuites grecques.

Tanagra, Chypre, Asie Mineure, etc. (En préparation.)

« ZurückWeiter »