Histoire financière de la France, depuis l'origine de la monarchie jusqu'a la fin de 1786. Avec un tableau g"en"eral des anciennes impositions et un état des recettes et des dépenses du trésor royal à la mème époque, Band 2

Cover

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 314 - L'académicien qui était alors directeur, continue Charles Perrault, alla, suivi de toute la compagnie en corps , haranguer le roi à SaintGermain , à la suite du parlement , de la chambre des comptes et de la cour des aides.
Seite 200 - ... de notre cœur, et nous nous occupons déjà des moyens de les réduire à des bornes convenables. De tels sacrifices ne nous coûteront rien dès qu'ils pourront tourner au soulagement de nos sujets ; leur bonheur fera notre gloire , et le bien que nous pourrons leur faire sera la plus douce récompense de nos soins et de nos travaux.
Seite 204 - Majesté permet de faire circuler librement les vins dans toute l'étendue du royaume, de les emmagasiner, de les vendre en tous lieux et en tout...
Seite 40 - comme la source des plus grands maux. » Ne faites donc jamais la guerre que pour » vous défendre , ou pour défendre vos » alliés. Je vous avoue que, de ce côté-là, » je ne vous ai pas donné de bons exem» pies : mais aussi c'est la partie de ma vie » et de mon gouvernement dont je me re
Seite 40 - ... ment la guerre , comme la source des plus grands « maux. Ne faites donc jamais la guerre que pour vous « défendre , ou pour défendre vos alliés. Je vous avoue « que de ce côté-là je ne vous ai pas donné de bons * exemples. Ne m'imitez pas : c'est la partie de ma vie « et de mon gouvernement dont je me repens davan- J7l5.
Seite 265 - Paris, ces forteresses de mauvais goût à l'usage des gens de l'octroi, et dont la folle que pécuniaires, non compris une forte partie de droits et de devoirs féodaux, dont l'évaluation serait impossible. Dans cette masse de tributs équivalente à plus d'un milliard deux cents millions de francs, à peine cinq cent dix millions de livres étaient livrées au nom du roi... Il ne restait pas deux cents millions à l'État.
Seite 266 - Il ne restait pas deux cents millions à l'État. Ce faible reliquat de tant de tributs, déjà bien inférieur aux dépenses de la couronne et du gouvernement, disparaissait, pour les trois quarts, sous la forme des acquits au comptant, qui absorbaient cent trente-six et jusqu'à cent quarante-cinq millions chaque année.
Seite 58 - ... je sais que plusieurs d'entre eux emploient leur autorité plutôt à protéger les riches qu'à soulager les pauvres, et que les frais qu'on fait toujours payer par préférence à la taille, en empêchent ou en retardent le recouvrement.
Seite 177 - ... sont pénétrés de la douleur la plus profonde, que la dispersion des membres de votre parlement annonce l'anéantissement des formes les plus anciennes, que toute nouveauté est dangereuse, que l'interversion des...
Seite 200 - Pour remplir ces trois points, il n'ya qu'un moyen. C'est de réduire la dépense au-dessous de la recette, et assez au-dessous pour pouvoir économiser chaque année une vingtaine de millions, afin de rembourser les dettes anciennes.

Bibliografische Informationen